Samuel Sévigny: Partir de Québec pour le Tennessee

Mis à jour : févr 26


Samuel Sévigny

Ça fait déjà quelques années que Samuel Sévigny a gradué de East Tennessee State University, une université en NCAA Division 1 à Johnson City.


Sam voulait vivre une expérience unique et il n'a pas été déçu.



Pourquoi as-tu pris la décision de jouer et d’étudier aux États-Unis?

"Je tenais absolument à vivre une expérience différente que ce que nous connaissons au Québec, que ce soit sur le plan sportif, académique, ou culturel. Les installations, le professionnalisme des programmes, le visibilité entourant le sport, la température (oui oui, ça joue dans la balance), la langue, les expériences para-universitaire, etc. Bref, plusieurs facteurs qui rendaient l’aventure extrêmement invitante."


East Tennessee State University


C'est comment étudier aux États-Unis?

"D’un point de vue strictement académique, les apprentissages et l’assimilation de connaissances sont similaires à ce que l’on retrouve au Québec. La différence de langue fut vraiment ce qui a rendu l’expérience si spéciale en mon sens. Pour moi, chaque devoirs, présentation, examen, projet, avait un défi supplémentaire qui était propre à mes origines de français canadien. J’approchais chaque défi académique avec cet élément différenciateur en tête, ce qui m'a poussé à m’améliorer drastiquement sur plusieurs aspects."


Quelle est la majeure différence entre les États-Unis et le Québec selon toi?

"Le positionnement du sport dans la culture américaine est juste tout simplement à un autre niveau comparativement à ce que nous retrouvons au Canada. Ils en font une priorité et ça se ressent dans l’engagement des étudiants sur le campus, la présence des spectateurs aux matchs, et dans la passion pour les gens de chaque ville où nous jouions. C’est extrêmement motivant pour un athlète de ressentir cette énergie et ça nous poussait à se dépasser constamment pour l’amour de notre sport. Au final, on sentait réellement que nous faisions partie d’un projet plus grand que nous."


Comment Sports Ambitions t’a aidé dans ton processus universitaire?

"Ils m’ont aidé de tellement de façons différentes. Pour commencer, ils m’ont aidé à récupérer tous les documents nécessaires afin de monter un dossier académique et sportif le plus solide possible. Ils ont ensuite pris en charge la traduction complète de toute cette documentation. En parallèle, ils m’ont accompagné dans mon inscription et dans ma préparation de l’examen standard du système américain (ACT). Ils ont également réalisé une superbe vidéo sportive pour ensuite la faire parvenir à un réseau de contact américains de plus de 200 entraîneurs. Ils ont été présent pour me supporter, répondre à mes questions et me donner leur avis tout au long de mon processus de décision. Pour finir, lorsque ma décision fut prise, ils m’ont accompagné dans le processus d’acceptation de l’université et d’application aux bourse académiques."


Combien d’universités étaient intéressés par toi?

Un peu plus d’une trentaine entre la NCAA D1, D2 et NAIA.


Comment as-tu vécu ton expérience avec l’équipe?

"Mon intégration s’est fait très facilement. Nous avions une grosse année de recrutement et plusieurs joueurs internationaux, donc nous avions un groupe de nouveaux joueurs qui se supportaient beaucoup à ce niveau. Puis, avec l’expérience et avec l’âge, j’ai pu bien m'intégrer et devenir un leader à ma façon pour les plus jeunes qui rentraient ensuite dans le programme."



Ton arrivée sur le campus?

On ne m’a pas lâché d’une semelle pendant les deux premières semaines, donc c’était très sécurisant. Que se soit mes coéquipiers, mes coachs, mes professeurs, ou les étudiants dans mes cours, les gens étaient très gentils et m’ont toujours aidé si j’avais besoin de quoique ce soit.


Ton évolution dans ton sport?

"J’ai eu une grosse adaptation à faire au niveau physique car le jeu allait beaucoup plus vite là-bas. Sur le plan technique, j’ai pu progresser rapidement puisque nous touchions du ballon presque à tous les jours et que nous jouions sur du gazon naturel de qualité professionnelle. Comme dans n’importe quel contexte sportif, j’ai appris à travers les saisons et j’ai progressé naturellement durant mes 4 années. Comme dans tout, il y a eu des hauts et des bas, mais je ressors de cette expérience meilleur que je l’étais sur le plan sportif et humain."


Décris un peu une journée dans la vie d’un athlète NCAA.

"On se levait le matin très tôt et on avait généralement un entraînement avant les cours. Puis, nous avions en moyenne entre 1 et 3 cours jusqu’en fin d’après-midi où nous avions parfois une séance de musculation ou de travail de renforcement spécifique. Ensuite, on se regroupait dans nos appartements, à la bibliothèque, ou dans un café pour avancer nos travaux universitaires."


Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite de partir pour les USA basé sur ton expérience?

"Chaque personne est différente, cela dépend donc des sources d’hésitations de chaque personne. De façon très général, je dirais que c’est une expérience unique qui te permet de profiter de ton sport tout en complétant ses études, et ce, dans un contexte où l’on se sent un peu comme si on était en voyage, mais pendant 3-4 ans au lieu de quelque semaines par année. À prendre en considération aussi que c’est le moment où jamais de le faire, parce que c’est une opportunité qui ne reviendra pas lorsque tu seras plus vieux ou vieille. La fenêtre d’opportunité est très petite et il y a énormément de compétition pour chaque bourse disponible; si tu as la chance de vivre l’aventure, vas-y. Ce n’est pas tout le monde qui aura ce privilège."


Des souvenirs que tu aimerais partager?

J’en ai des dizaines, mais je crois que je vais me souvenir à tout jamais de mon premier match de pré-saison à l’extérieur, face à Virginia Tech, un samedi soir d’été, juste avant le début de ma première session. Je me souviens de l'entrée protocolaire, mes pieds foulant le gazon naturel digne d’un terrain professionnel, devant une foule d’environ 2000 personnes dans un grand stade, et d’entendre l’hymne nationale américaine résonner à mes oreilles. Je me rappellerai toute ma vie de ce sentiment unique qui se reproduira ensuite pendant 4 ans dans différents stades à travers le sud des États-Unis. What a ride this has been.


Merci Sam d'avoir replongé dans tes souvenir et d'avoir pris le temps de partager ton expérience américaine. Sam est maintenant de retour au Québec où il s'occupe du développement d'affaires une agence de marketing numérique.


Voir son profil


Sports Ambitions  © 2020
Made by